La science spirituelle pure
Page 24 sur 692

Srimad-Bhagavatam, 3.31.41

Coma et vie suivante

L'être vivant qui s'enlise dans des activités matérielles va s'attacher de façon excessive à son corps matériel. Jusqu'à sa dernière heure, ses pensées se porteront sur son corps et sur les êtres qui lui sont reliés. Il demeure ainsi pleinement absorbé dans une conception corporelle de l'existence, si bien qu'à l'instant de la mort, il répugne à quitter son corps. On voit parfois qu'une personne se trouvant sur le point de mourir demeure dans un état de coma pendant plusieurs jours avant de quitter son enveloppe charnelle. Ce serait, par exemple, le cas d'un être vivant qui aurait grand plaisir à occuper un corps de premier ministre ou de président, mais qui, comprenant qu'il va devoir renaître comme un chien ou un porc, se refuse à abandonner son corps. C'est alors qu'il demeure dans un état comateux pendant plusieurs jours avant de mourir.

Srimad-Bhagavatam, 4.29.77

Les fantômes et les suicides

Les esprits se trouvent privés de corps physique du fait de leurs actes profondément coupables, tels que le suicide. Le dernier recours des hommes qui tiennent du fantôme consiste en effet à chercher refuge dans le suicide, qu'il soit matériel ou spirituel. Le suicide matériel entraîne la perte du corps physique tandis que le suicide spirituel entraîne la perte de l'individualité propre de l'être.

Srimad-Bhagavatam, 3.14.24

Ceux qui mènent une vie de péché et qui s’attachent à leur famille, leur demeure ou leur pays, n’obtiennent pas un corps matériel. Ils demeurent dans un corps éthéré constitué du mental, de l'ego et de l’intelligence, et ce sont ces êtres là que l’on appelle des fantômes. Leur condition est très pénible, car un fantôme est doté d’une intelligence, d’un mental, d’un ego, et il souhaite lui aussi jouir d’une existence matérielle remplie. Mais du fait qu’il n’ait plus de corps matériel, il ne peut plus rien faire, si ce n’est errer, et demeure insatisfait.

Que ceux qui décident de se suicider ne le fasse pas, voilà pourquoi. (Message à ceux qui veulent commettre des attentats-suicides).

Il n’y a aucune raison valable pour accomplir ce geste aux conséquences funestes. Ceux qui se suicident perdent instantanément leur corps matériel, duquel ils sont séparés. Normalement, lorsqu’une personne décède, elle se réincarne immédiatement. Hors, le suicidé se trouve privé de corps physique du fait de son acte

Facebook

VISITEURS

1672854

VISITEURS EN LIGNE

1672854





Visiteurs par pays