Ne tuez pas, et ne mangez pas la chair des animaux
Page 23 sur 64

conséquences sur le système digestif et l’augmentation du risque de contracter une maladie mortelle.

A l’heure actuelle, alors que se succèdent des découvertes médicales et scientifiques plus saisissantes les unes que les autres, il est désormais prouvé que la consommation de chair animale engendre de nombreuses maladies. Chez certaines personnes, les viscères se bouchent, et les dents se cassent.

La consommation et pour certains la surconsommation de viande, particulièrement la viande rouge, augmente le risque de certaines maladies (comme le cancer du colon, les maladies cardio-vasculaire, l’obésité ou le diabète de type 2). Les liens entre la consommation de viande rouge et ces maladies chroniques ont été apportés par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.) dans son dernier rapport.

L’OMS a officiellement classé la viande rouge parmi les cancérigènes probables chez l’être humain, et les viandes transformées (charcuteries, nuggets, corned-beef, cordon bleus, etc.) parmi les cancérigènes certains chez l’être humain.

Une étude effectuée par les scientifiques de l'école de santé publique d'Harvard, rappelle que manger trop de viande, surtout de la viande rouge, de la charcuterie et autres viandes transformées, est associé à un risque de mortalité et de maladies chronique majeures, notamment coronariennes.

En suivant la santé de 43 000 hommes sur 30 ans, l'étude montre aussi que remplacer ne serait-ce qu'une fois par jour la viande rouge par des végétaux de qualité [céréales complètes, légumineuses, fruits à coque] réduit le risque de maladie du cœur.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) abonde dans le même sens, précisant que la consommation excessive de viande rouge [bœuf, veau, porc, chèvre, agneau], et les charcuteries [saucisses, jambon sec, bacon, etc.], favorise le risque de cancer colorectal. En cause le fer héminique qu'elles contiennent, qui encouragerait la peroxydation des lipides, conduisant à la formation d'aldéhyde, un composé néfaste pour l'ADN et les cellules.

D'autre part, les nitrites, un additif qui donne sa couleur rose au jambon, entraîneraient la formation de composés N-nitrosés [nitrosamines ou nitrosamides], qui sont cancérigènes.

En outre, les graisses saturées contenues dans la viande ont également tendance à boucher les artères et à favoriser les maladies cardiovasculaires.

La viande rouge accélère le vieillissement de nos artères. Plus nous mangeons de viande rouge, plus nos artères vieillissent vite.

« Rien ne fera plus pour accroître les chances de survie sur la terre, que l’adoption de l’alimentation végétarienne ». Albert Einstein.

Facebook

VISITEURS

4021218

Visiteurs en Ligne

4021218





Visiteurs par pays