Ne tuez pas, et ne mangez pas la chair des animaux
Page 21 sur 64

L’abattage des animaux n’est pas un signe d’intelligence, de grandeur d’âme, de civilisation.

L’être humain véritablement civilisé, connaît l’art de préparer des mets nutritifs à base de lait. Dans toutes les communautés rurales, les personnes qui y vivent préparent des centaines de produits, tous merveilleux, à partir du lait. A partir du lait, on peut obtenir des sous-produits tels que le yaourt, le fromage, le beurre, et en les mélangeant à des céréales, à des fruits et à des légumes, on obtient ainsi des centaines de préparations. Voilà ce que l’on entend par civilisation, et non tuer un animal uniquement pour le seul plaisir des sens, de se délecter les papilles.

Les animaux et les végétaux ont eux aussi le droit de vivre.

Tous les êtres vivants, humains, animaux et végétaux ont reçu de Dieu le droit inaliénable à la vie. Si le corps des êtres humains diffère de celui des animaux, et de celui des végétaux, et ce dernier des deux autres, il faut comprendre que dans chacun d’eux réside une âme. Il y a donc une âme dans chacun des êtres humains, dans chacun des animaux, et dans chacun des végétaux. Dieu donne donc à tous les êtres vivants, humains, animaux et végétaux, les mêmes droits et les mêmes avantages. Il n’y a entre eux aucune différence.

Tous les animaux ont reçu de Dieu le droit de vivre. Il est donc anormal que les gouvernements permettent l’existence des nombreux abattoirs où sont tués d’innombrables animaux, et accordent aux chasseurs également le même droit, celui de tuer. La loi qui stipule que l’on a le droit de tuer les animaux, est criminelle. Celui qui montre de l’amitié envers les êtres humains, mais en même temps est l’ennemi d’innocents animaux, est animé d’un esprit malfaisant. Or, dans l’âge sombre actuel, celui de la discorde, des querelles, de l’hypocrisie et du péché, c’est l’état tout entier qui fait preuve de cette inimitié envers les animaux, réduits, les malheureux, à vivre dans une angoisse constante. Une telle faute se paie. La société humaine doit en porter le poids, d’où la pression constante qui s’exerce entre individu, collectivités et nations, qui entraîne à tous les niveaux une suite de conflits incessants.

Faire preuve d’amitié, de compassion et de bienveillance envers tous les êtres humains sans exception, mais aussi envers tous les animaux et tous les végétaux sans exception également, c’est prouver notre grandeur d’âme, notre humanisme, et c’est attester que l’on est digne de Dieu.

Les animaux et les végétaux ont eux aussi une âme.

Certains ignorent encore hélas, que tous les animaux et tous les végétaux ont bel et bien une âme. Aussi, tous ceux qui avancent l’argument que les animaux n’ont pas

Facebook

VISITEURS

1669339

VISITEURS EN LIGNE

1669339





Visiteurs par pays