Paroles de Krishna, Christ, Dieu, la Personne Suprême
Page 10 sur 51

Quand ton intelligence aura traversée la forêt touffue de l'illusion, tout ce que tu as entendu, tout ce que tu pourrais encore entendre, te sera indifférent.

Quand ton mental ne se laissera plus distraire par le langage fleuri des Vedas, quand il sera tout absorbé dans la réalisation spirituelle, alors tu seras en union avec l'Etre Divin.

Quand un homme se libère des milliers de désirs matériels créés par son mental, quand il se satisfait dans son vrai moi, c'est qu'il a pleinement conscience de son identité spirituelle.

Celui que les trois formes de souffrance ici-bas n'affectent plus (celles issues du corps et du mental, celles causées par d’autres entités vivantes, et celles qui ont pour origine la nature matérielle, sous l’impulsion des êtres des planètes supérieures, qui gouvernent les diverses fonctions de la nature matérielle), que les joies de la vie n'enivrent plus, qu'ont quitté l'attachement, la crainte et colère, celui-là est tenu pour un sage à l'esprit ferme.

Celui qui, libre de tout lien, ne se réjouit pas plus dans le bonheur qu'il ne s'afflige du malheur, celui-là est fermement établi dans la connaissance absolue.

Celui qui, telle une tortue qui rétracte ses membres au fond de sa carapace, peut détacher de leurs objets les sens, celui-là possède le vrai savoir.

Même à l'écart des plaisirs matériels, l'âme incarnée peut encore éprouver quelque désir pour eux. Mais qu'elle goûte une joie supérieure, et elle perdra ce désir, pour demeurer dans la conscience spirituelle.

Forts et impétueux sont les sens. Ils ravissent même le mental de l'homme de sagesse, qui veut les maîtriser.

Qui restreint ses sens et s'absorbe en Moi prouve une intelligence sûre.

En contemplant les objets des sens, l'homme s'attache ; d'où naît la convoitise, et de la convoitise, la colère.

La colère appelle l'illusion, et l'illusion entraîne l'égarement de la mémoire. Quand la mémoire s'égare, l'intelligence se perd, et l'homme chute à nouveau dans l'océan de l'existence matérielle.

Qui maîtrise ses sens en observant les principes régulateurs de la liberté, reçoit du Seigneur Sa pleine miséricorde, et se voit ainsi libéré de tout attachement comme de toute aversion.

Les trois formes de souffrance matérielle n'existent plus pour celui que le Seigneur a ainsi touché de Sa miséricorde immotivée. Devenu serein, son intelligence ne tarde pas à s'affermir.

Facebook

VISITEURS

4021363

Visiteurs en Ligne

4021363





Visiteurs par pays