Ne tuez pas, et ne mangez pas la chair des animaux
Page 11 sur 64

animaux. Les graisses animales sont disponibles dans le lait, qui se trouve être le plus merveilleux de tous les aliments. Le lait, le beurre, le fromage et autres produits semblables donnent des graisses animales sous une forme qui exclut toute nécessité de tuer d’innocentes créatures animales, crime abominable. Seule une mentalité barbare et démoniaque permet que se poursuive l’abattage des animaux. La seule manière civilisée d’obtenir les matières grasses nécessaires à l’homme est de les puiser dans le lait. L’abattage des animaux est la manière d’agir propre à l’infrahumain, aux hommes-animaux. Quant aux protéines, on les trouvera amplement dans les pois cassés, pois chiche, le dal, le blé complet, le quinoa, les lentilles, les noix de cajou, l’arachide, etc.

Les aliments de la passion, amers, trop salés, trop chauds, ou trop épicés de piment rouge, engendrent la souffrance, car ils produisent une surabondance de mucus dans l’estomac, source de maladie.

Les aliments marqués par l’ignorance ténébreuse sont pour l’essentiel ceux qui ne sont pas frais. Tout aliment cuit plus de trois heures avant la consommation appartient aux ténèbres de l’ignorance (exception faite de la nourriture d’abord offerte au Seigneur). Parce qu’en décomposition, ces aliments font naître de mauvaises odeurs, qui souvent attirent les hommes enveloppés d’ignorance, mais repoussent toujours ceux que gouverne la vertu.

Les reliefs de nourriture ne peuvent être consommés que lorsqu’ils proviennent d’un repas d’abord offert au Seigneur Suprême ou à des saints hommes, notamment le maître spirituel. Sinon, tous restes de nourriture relèvent de l’ignorance, et ne font que répandre l’infection et la maladie. De tels aliments, bien qu’extrêmement agréables aux hommes qu’enveloppe l’ignorance, n’attirent jamais les hommes que gouverne la vertu, qui n’y toucheraient même pas. Mais la meilleure nourriture est celle que l’on offre d’abord à Dieu, le Seigneur Suprême, qui enseigne dans la Bhagavad-gita « Paroles de Krishna, Christ, Dieu, la Personne Suprême » que si on les Lui offre avec dévotion, Il accepte les mets préparés à partir de légumes, de farine, de lait. Bien entendu, l’amour et la dévotion accompagnant l’offrande sont, pour le Seigneur, les ingrédients les plus importants ; mais le repas consacré et offert à Dieu ne requiert pas moins une préparation particulière. D’autre part, tout aliment ainsi préparé, en accord avec ce qu’enseignent les saintes écritures originelles à ce sujet, et ensuite offert à Dieu, la Personne Suprême, peut être honoré même très longtemps après qu’il ait été cuisiné, car un tel aliment est purement spirituel. C’est pourquoi si l’on désire rendre les aliments purs, « comestibles » et succulents pour tous, on doit d’abord les offrir à Dieu, la Personne Suprême.

Tous ceux qui consomment de la viande, du poisson et des œufs, dans leur inconscience, ne savent pas ce qui va leur arriver lors de leur prochaine vie. Bien qu’ils voient diverses espèces d’êtres vivants manger toutes sortes de choses abominables, par exemple les porcs mangent des excréments, les crocodiles différentes formes de chair, etc., ils ne se rendent pas compte qu’eux-mêmes, parce

Facebook

VISITEURS

2280290

VISITEURS EN LIGNE

2280290





Visiteurs par pays