Chaitanya, l'Avatar d'Or
Page 7 sur 89

En d'autres mots, tout être vivant participe de l'énergie spirituelle du Seigneur Suprême. L'énergie matérielle étant de nature inférieure, l'être humain a le pouvoir d'échapper à son emprise pour tirer pleinement parti de l'énergie spirituelle. L'énergie supérieure est voilée par l'inférieure, qui soumet l'être vivant aux souffrances inhérentes à l'univers matériel selon l'épaisseur du voile qui le recouvre. Les âmes quelque peu éclairées souffrent moins que d'autres, mais dans l'ensemble, toutes sont sujettes à souffrir du fait que l'énergie matérielle les enveloppe.

Le Seigneur ajoute que la terre, l’eau, le feu, l’air, l’éther, le mental, l’intelligence et le faux ego forment ensemble l'énergie inférieure de l'Être Suprême. La véritable identité de l'être tient cependant à l'énergie supérieure, dont dépend entièrement le fonctionnement de l'univers matériel. La manifestation cosmique, formée d'éléments matériels, ne peut en effet s'animer sans la présence de l'énergie supérieure, qu'incarne l'être vivant. En réalité, l'existence conditionnée de ce dernier résulte de son oubli de la relation qui l'unit au Seigneur Suprême au sein de l'énergie supérieure. Ce n'est que lorsque l'être humain redécouvre sa véritable identité d'éternel serviteur du Seigneur qu'il accède à la libération.

Puisque personne ne peut retracer les origines de l'enlisement de l'être vivant dans l'énergie matérielle, le Seigneur dit qu'il est sans commencement. C'est-à-dire que l'existence conditionnée précède la Création. Elle se manifeste simplement durant et après la Création. Oublieux de sa nature spirituelle, l'être vivant subit toutes sortes de souffrances au sein de la matière. Comprenons ici qu'il existe aussi des êtres qui, libres de tout enchaînement matériel, peuplent le monde spirituel. Ces âmes libérées s'engagent toujours dans la conscience de Krishna, dans le service de dévotion.

Les âmes conditionnées par la nature matérielle se livrent à des activités qui leur valent de revêtir diverses sortes de corps au fil de leurs vies successives. Dans l'univers matériel, ces âmes ont ainsi droit à divers châtiments et récompenses. Leurs actions méritoires peuvent les élever jusqu'aux planètes supérieures, où elles peuvent joindre les rangs des nombreux êtres célestes. Leurs actes répréhensibles peuvent au contraire les précipiter vers différentes planètes infernales pour y souffrir davantage les tourments de la vie matérielle.

Le Seigneur cite ici un très bel exemple : Jadis, les rois punissaient les criminels en les plongeant dans une rivière, puis en les remontant à la surface pour une bouffée d'air, après quoi ils les replongeaient à nouveau sous l'eau. La nature matérielle récompense ou punit les êtres de façon analogue, en les plongeant dans les eaux de la souffrance ou en les en extirpant pour un temps. L'élévation aux planètes supérieures (édéniques ou paradisiaques) ou à un plus haut niveau de vie n'est jamais permanente, elle est toujours suivie d'une nouvelle submersion. Ainsi se perpétue l'existence matérielle. On est tantôt promu aux systèmes planétaires supérieurs, paradisiaques, tantôt précipité dans des conditions de vie infernales. Maya, la nature matérielle, provoque «l'oubli de notre relation avec Krishna». En fait, maya signifie «ce qui n'est pas, ou l’illusion», ce qui n'a pas d'existence.

Facebook

Visiteurs

1669545

Visiteurs en Ligne

1669545





Visiteurs par pays