Paroles de Dieu
Page 5 sur 128

vaincre parfaitement toute maladie. Par la constitution même de son corps, l’être incarné se trouve dans un état pathologique. En fait, le corps, lui-même, est un symbole de maladie, et même si ces maladies varient selon les espèces, elles frappent inéluctablement tous les êtres vivants, tout comme le font la naissance et la mort. Par la miséricorde du Seigneur, il est donc possible de guérir non seulement les maladies physiques et mentales, mais également celle qui assujettit l’âme individuelle distincte de Dieu au cycle des morts et des renaissances successives. Aussi le Seigneur porte-t-Il le nom de bhavausadhi, car de Lui vient la guérison de la maladie que représente l’existence matérielle.

Ainsi trouvons-nous diverses paroles du Seigneur s’appliquant à différentes émanations plénières ou émanations d’émanations plénières de sa Personne :

Chaque fois qu’en quelque endroit de l’univers, la spiritualité voit un déclin, et que s’élève l’irréligion, Je descends en personne.

J’apparais d’âge en âge, afin de délivrer Mes dévots, de anéantir les mécréants, et de rétablir les principes de la spiritualité.

Si Je M’abstenais d’agir, toutes les galaxies sombreraient dans la désolation. A cause de Moi, l’homme engendrerait une progéniture indésirable. Ainsi, Je troublerais la paix de tous les êtres.

Quoi que fasse un grand homme, la masse des gens marche toujours sur ses traces. Le monde entier suit la norme qu’il établit par son exemple.

Ces paroles du Seigneur valent pour les diverses émanations plénières de sa Personne, tels Sankarsana, Vasudeva, Pradyumna, Aniruddha et Narayana. Elles sont toutes, Lui-même sous différentes formes spirituelles et absolues. Cependant, Krishna, le Seigneur dans sa forme primordiale, se livre éternellement à des échanges sublimes avec divers degrés d’êtres saints et Il apparaît dans cette forme une fois par jour de Brahma, le premier être créé et régent de notre galaxie, et ce dans chacune des galaxies matérielles, où Il dévoile alors ses divertissements spirituels et absolus, dans un cycle sans fin. Les rôles qu’emprunte le Seigneur, tantôt comme Krishna, tantôt comme Vasudeva, et ainsi de suite, sont trop complexes dans leur enchaînement pour être élucidés par l’homme du commun. Car, s’il n’y a aucune différence entre la Personne du Seigneur et son corps spirituel, ses émanations n’en remplissent pas moins des fonctions différentes. Et lorsque le Seigneur apparaît dans sa forme originelle, en tant que Krishna, toutes ses émanations plénières se joignent à Lui par la puissance inconcevable de sa puissance interne. Ainsi, le Krishna de Vrindavana diffère de celui de Mathura ou de Dvaraka.

 

Facebook

Visiteurs

1574535

Visiteurs en Ligne

1574535





Visiteurs par pays