Paroles de sagesse, la sagesse de Dieu
Page 187 sur 527

nature matérielle, qui influence l'être incarné par ses attributs et modes d'influence ; la vertu, la passion et l'ignorance. En réalité, la mort est synonyme d'oubli.

Quiconque perd toute notion de son corps cesse d'être enchaîné à l'existence matérielle. Aussi longtemps que nous demeurons conscients de notre existence corporelle, nous menons une existence conditionnée sous l'influence des attributs de la nature matérielle. Mais dès que nous oublions l'existence physique, alors la vie matérielle conditionnée prend fin. Or, cet oubli devient possible lorsque nous utilisons nos sens dans le service d'amour absolu du Seigneur. A l'état conditionné, l'être utilise ses sens en s'identifiant à une famille donnée, à une communauté ou à une nation ; mais dès qu'il oublie toutes ces désignations matérielles circonstancielles et qu'il réalise sa nature éternelle de serviteur du Seigneur Suprême, il peut alors véritablement tout oublier de l'existence matérielle. Cet oubli survient lorsque l'on sert le Seigneur.

L'être saint n'agit plus avec son corps en vue de la satisfaction des sens dans le cadre d'une famille, d'une communauté, d'une nation ou de l'humanité ; il n'œuvre que pour Dieu, la Personne Suprême. Telle est la parfaite conscience de Dieu.
L'être saint baigne toujours dans la félicité spirituelle, si bien qu'il n'éprouve aucune souffrance matérielle. Cet état de félicité spirituelle constitue le bonheur éternel. Dès que l'on s'affranchit de la souillure des trois influences de la nature matérielle, la vertu, la passion et l'ignorance, on cesse d'avoir à renaître et à transmigrer d'une forme à une autre en cette galaxie.


Logos 189

Aller au tableau des logos


Le Seigneur dit : « L'être qui s'acquitte de ses devoirs dans un esprit de détachement, sans aucun sentiment de possession et dénué de faux ego, (qui ne s'identifie pas à son corps) retrouve, à travers une purification totale de sa conscience, sa condition originelle, naturelle et éternelle ; se livrant ainsi à des actes en apparence matériels, il peut aisément entrer dans le royaume de Dieu ».

Tous les êtres venus en ce monde sont animés d'un esprit de domination. L'être absorbé dans la pratique du service de dévotion en pleine conscience de Dieu ne revendique aucun droit de propriété sur ce qui l'entoure, non plus qu'il ne pense, sous l'influence du faux ego, (qui consiste à s'identifier à son corps et à oublier être une âme spirituelle) être Dieu ou le maître absolu. Il se voit toujours comme un serviteur ; telle est bien la voie qui permet de purifier la conscience. Or, seule une conscience pure permet d'entrer dans le royaume de Dieu. Les matérialistes, quant à eux, peuvent toujours, au sommet de leur gloire, atteindre telle ou telle planète de l'univers matériel, mais toutes sont sujettes à des destructions répétées.

Facebook

Visiteurs

1678798

Visiteurs en Ligne

1678798





Visiteurs par pays