La science spirituelle pure
Page 15 sur 692

Oui, c'est là la différence. Comme l'enseigne Krsna dans la Bhagavad-gita (2.17): -"Ce qui pénètre le corps tout entier est indestructible."Or, ce qui pénètre le corps entier d'un être vivant, c'est la conscience. Et l'état de notre conscience à l'instant de la mort déterminera le corps particulier qui nous sera attribué dans la vie suivante. Si vous avez la conscience d'un chien, vous devrez revêtir le corps d'un chien, mais si vous avez développé une conscience divine, vous obtiendrez le corps d'un deva. Krsna laisse à chacun la liberté de choisir le corps qu'il veut revêtir.

L'âme revêt d'abord une forme humaine

L'être vivant est originellement une entité spirituelle appelée aussi âme spirituelle, mais son désir de goûter aux plaisirs de ce monde matériel le fait tomber de sa position. Nous pouvons comprendre que l'être vivant revêt d'abord un corps ayant une forme humaine, mais progressivement, du fait de ses actes avilissants, il tombe parmi les espèces inférieures - animales, végétales ou aquatiques. Par le processus graduel de l'évolution, l'être vivant retrouve une forme humaine et obtient ainsi une nouvelle occasion d'échapper aux transmigrations successives. Mais qu'il gaspille de nouveau la chance qui lui est ainsi offerte de comprendre son identité réelle, et il replongera dans le cycle des morts et des renaissances en diverses formes de vie.

Srimad-Bhagavatam, 4.29.4

Ce verset est fort important quant à la compréhension du processus par quoi l'âme conditionnée transmigre d'un corps à l'autre. Le second chapitre expliquait déjà que l'être incarné transmigre d'un corps à l'autre comme on change de vêture. Or, ces changements de corps, ou de"vêture", sont dus à l'attachement pour l'existence matérielle. Aussi longtemps qu'il sera captivé par cette manifestation illusoire, l'être devra continuer de transmigrer d'un corps à un autre. Seul, en effet, son désir de dominer la nature matérielle le met dans ces conditions indésirables, lui donnant un corps tantôt de deva, tantôt d'homme, d'animal, d'oiseau, de ver, de poisson, de sage ou d'insecte, toujours en fonction de ses désirs matériels. Et à chaque fois, il se croit maître de son destin, en fait imposé par la nature matérielle.

Notre verset explique donc comment l'être se voit attribuer ces divers corps. Le processus résulte du contact avec les différents gunas, les attributs de la nature matérielle. C'est pourquoi il faut s'élever au-delà de ces gunas, de ces influences matérielles, et atteindre le niveau spirituel. Voilà ce qu'on appelle la conscience de Krsna. A moins d'être conscient de Krsna, nous sommes forcés, par la conscience matérielle, de passer d'un corps à l'autre, car nous avons entassé des désirs matériels depuis des temps infinis. Il nous faut donc changer de"point de vue", et ce changement ne peut se produire que si l'on prête attention aux paroles venant de sources autorisées. L'exemple le meilleur nous en est donné ici par Arjuna, qui reçoit la science de Dieu des lèvres mêmes de Krsna. S'il accepte d'écouter ainsi, l'être conditionné perdra son désir, depuis si longtemps chéri, de dominer la nature

Facebook

VISITEURS

1574533

VISITEURS EN LIGNE

1574533





Visiteurs par pays