Chaitanya, l'Avatar d'Or
Page 5 sur 89

le Seigneur lui répondit : «Krishna t'a béni, de sorte que tu sais déjà tout, en plus d'être affranchi de toutes les souffrances associées à l'existence matérielle. En humble dévot, tu me demandes néanmoins de confirmer ce que tu sais déjà. Et c'est très bien ainsi. Tu es apte à protéger le service de dévotion du Seigneur, il est donc de mon devoir de t'enseigner la science de Dieu, ce que Je ferai étape par étape.»

Les trois formes de souffrance en question ont nom adhyatmika, adhibhautika et adhidaivika. Le terme adhyatmika désigne les souffrances issues du corps et du mental. L'être vivant souffre tantôt de maux physiques, tantôt d'afflictions mentales. Ces deux variétés d'adhyatmika, nous en avons l'expérience depuis le temps même de notre séjour dans le ventre de notre mère. Plusieurs formes de souffrance semblent ainsi profiter de la fragilité du corps humain pour nous tourmenter. On qualifie d'adhibhautika les souffrances causées par d'autres entités vivantes. Nombre d'animaux issus de larves, dont certains insectes, peuvent ainsi troubler notre sommeil. Il arrive également que les blattes et d'autres espèces indésirables nous infligent des tourments, tout comme le peuvent divers êtres nés sur des planètes différentes de la nôtre.

Le mot adhidaivika correspond, lui, aux souffrances qui ont pour origine les êtres célestes des planètes supérieures. À titre d'exemple, citons le froid ou la chaleur extrême, la foudre, les séismes, les ouragans, la sécheresse… Quoi qu'il en soit, nous sommes constamment exposés à l'une ou l'autre de ces trois formes de souffrance.

Le fait

Un maître spirituel ne tient pas à une simple mode. Il s'agit d'une nécessité pour quiconque n'est que trop conscient des souffrances matérielles et désire s'en affranchir. Une telle personne se doit d'approcher un maître spirituel. Nous en trouvons également un exemple dans la Bhagavad-Gita. Quand Arjouna devint perplexe, ignorant s'il devait ou non combattre, il accepta Krishna comme maître spirituel. Et là encore, le Maître Spirituel Suprême a personnellement révélé la nature intrinsèque de l'être, cette fois à Arjouna.

L'être distinct (l’âme individuelle) est par nature intrinsèque, une âme spirituelle, étrangère à la matière, à ce titre, il constitue une étincelle de l'Âme Suprême, la Vérité Absolue, la Personne Divine. L'âme distincte doit s'abandonner entièrement à Krishna, l'Âme Suprême, pour trouver le bonheur.

Dans Ses réponses aux questions de Sanatane, le Seigneur Chaitanya reprend cette même vérité, à la différence qu'Il ne présente pas les données sur l'âme déjà contenues dans la Bhagavad-Gita. Il débute plutôt Son enseignement là où se termine celui de Krishna. Tous les grands dévots reconnaissent que Chaitanya n'est autre que Krishna, et Son enseignement à Sanatane commence là où Il a conclu dans la Gita, (Paroles de Krishna, Dieu, la Personne Suprême).

Facebook

Visiteurs

1328848

Visiteurs en Ligne

1328848





Visiteurs par pays