Bienvenue sur le site de

Saul Judoeus

En réalisant ce site internet, j’ai voulu révéler aux hommes ce que DIEU m’avait enseigné, mettant ainsi en évidence ce qu’il avait dit :

Ce que je te dis dans le secret, dis le à haute voix.

Mon plus cher désir, est d’amener les hommes à connaître ce nouveau savoir, qui leur permettra de corriger les fausses interprétations de la parole de DIEU, en les aidants à pénétrer enfin la vérité, en leur révélant DIEU tel qu’il ne l’a jamais été, et en les replaçant sur le bon chemin, celui qui mène à DIEU, à la lumière, et à la vérité.

Je suis venu rendre la vue à tous les hommes sans exception.

Le nombre 13 ne concerne en aucune manière, une entité spirituelle, un être céleste ou un homme, mais fait référence exclusivement à la voie spirituelle.

Il symbolise ici la fin d’un cycle, où l’état d’éveil est l’ultime réalisation, et l’accomplissement d’une tâche ou d’une mission terrestre en ce qui me concerne, devant conduire vers l’univers céleste. D’autre part, la voie 13 met un terme à un cycle où les hommes sont plongés dans l’obscurantisme, et ouvre une nouvelle ère, celle de DIEU, où l’amour, la bonté, la justice et la paix sont le socle. Elle est enfin le passage du matérialisme vers la spiritualité, et donne accès à la révélation des mystères cachés.

Mes amis, vous tous, hommes-femmes-enfants de la terre, aimez-vous les uns les autres, car en vérité je vous le dis, vous êtes tous frères et sœurs.

Vous êtes tous sans exception, enfants de DIEU.

DIEU vous aime tous, plus que vous ne puissiez l’imaginer.

Comme lui, soyez AMOUR, ayez de l’amour les uns pour les autres. Placez ce sentiment merveilleux et pur dans votre cœur pour toujours.

Je suis venu remettre DIEU dans l’esprit des hommes, prévaloir sa prééminence, son unicité, et son immuabilité. Il est réellement, le chemin, la vérité et la vie.

Lui seul est assis sur le trône divin, et personne d’autre.

Il resplendit et rayonne dans tout le royaume infini, dont il est au demeurant, la source agissante, créatrice et l’unique composante.

Désormais révélé aux hommes, il demeure visible et invisible, mouvement et repos, matière et énergie, les deux à la fois. Il est le seul ETRE VIVANT, car en lui seul, demeure la source d’eau vivifiante qu’il diffuse et répand partout, et grâce à laquelle nous avons la vie. Il est celui qui possède le principe du savoir, de la connaissance et de la science spirituelle, et le révèle aux hommes.

DIEU SEUL règne depuis le commencement et pour l’éternité. N’a-t-il pas dit :

C’est moi, moi qui suis l’Eternel, et hors de moi il n’y a point de sauveur. C’est moi qui suis DIEU. Je le suis dès avant que le jour fût, et nul ne délivre de ma main. Ma justice durera éternellement, et mon salut s’étendra de génération en génération.

Dieu, dès le commencement, s’est fait connaître d’abord aux êtres célestes, (les anges) puis aux entités spirituelles en commençant par Adam et Eve. Il est grand temps mes amis, que vous sachiez qui il est.

Qui est DIEU ?

Voilà ce que l’Eternel a dit de lui :

Vous parlez de l’Eternel, mais vous ne le connaissez pas. Qui a chargé Dieu de gouverner la terre, qui lui a confié le monde entier ?

S’il ne pensait qu’à lui-même, s’il ramenait à lui son esprit et son souffle, (la source vivifiante) toute chair périrait en même temps, et l’homme retournerait dans la poussière.

Je suis celui qui EST. L’Eternel, l’Eternel des armées.

Je suis le premier et le dernier, le commencement et la fin, l’alpha et l’oméga.

Moi l’Eternel, le premier et le même jusqu’aux derniers âges. C’est moi, moi qui suis le premier, c’est aussi moi qui suis le dernier. (Le seul être vivant qui soit)

Je suis le chemin, la vérité et la vie.

Ne suis-je Dieu que de près, ne suis-je pas aussi Dieu de loin ?

Quelqu’un se tiendra-t-il dans un lieu caché, sans que je le voie ?

Ne remplis-je pas moi, les cieux et la terre ?

C’est moi qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre, car c’est à cela que je prends plaisir.

Je suis la mort qui emporte tout, la source des choses à venir.

Quelle que soit la forme de tout être, je le suis. Il n’est pas d’être, mobile ou immobile, qui existe en dehors de moi.

C’est moi qui suis l’être et le non-être. Je suis sans commencement, et la source suprême du TOUT.

Extérieur et intérieur aux êtres, immobile et mobile, à cause de ma subtilité, je suis incompréhensible. Je suis loin et tout proche. Je demeure dans le cœur de chacun en particulier.

Les êtres qui ont une forme, en quelque matrice qu’ils se produisent, je suis leur matrice commune.

Celui qui voit vraiment, voit le souverain seigneur résident également dans tous les êtres périssables alors qu’il est, lui, impérissable.

Je suis le but, le seigneur, le témoin, la demeure, le refuge, l’ami, l’origine, la dissolution, la permanence, le réceptacle, le germe, l’immuable.

C’est moi qui réchauffe, retient, ou laisse aller la pluie. Je suis l’immortalité et la mort. C’est moi qui suis l’être et le non-être.

Les propriétés de tous les sens me manifestent, mais je suis dépourvu de tout sens. Sans attachement, je porte tout et, sans qualité, j’expérimente les qualités.

Je suis la lumière, celle qui est sur eux tous. (Les êtres célestes, et les entités spirituelles) Je suis le TOUT, et le tout est sorti de moi, et tout est revenu à moi. Fends le bois, je suis là, soulève la pierre et tu m’y trouveras.

Cet univers est tout entier pénétré de moi, dans ma forme non manifestée. Tous les êtres sont en moi, mais je ne suis pas en eux. Ceux qui s’appuyant sur moi travaillent à se libérer de la vieillesse et de la mort, ceux-là connaissent l’Eternel, le domaine entier du SOI, la totalité de l’AGIR. Ceux qui me voient partout et qui voient le TOUT en moi, je ne suis jamais perdu pour lui, et il n’est jamais perdu pour moi.

Des créatures, je suis le commencement, la fin et le milieu.

Je suis le rocher. Mon œuvre est parfaite. Je suis un Dieu fidèle et sans injustice. C’est moi qui suis juste et droit. Ne suis-je pas ton père et ton créateur ?

Maintenant donc, voyez que c’est moi, moi seul qui suis Dieu, et qu’il n’y a point d’autres dieux près de moi. Moi je fais mourir et je fais vivre. Je blesse et je guéris, et personne ne délivre de ma main. Moi je suis vivant pour l’éternité. C’est moi qui habite au-dessus du cercle de la terre. J’étends les cieux comme une étoffe légère, je les déploie comme ma tente, pour en faire ma demeure.

Avant moi il n’a pas été formé de Dieu, et après moi il n’y en aura pas. C’est moi, moi qui suis l’Eternel, et hors de moi il n’y a point de sauveur. C’est moi qui suis Dieu, je le suis dès avant que le jour fût.

Moi, l’Eternel je fais toutes choses, Seul je déploie les cieux, de moi-même j’étends la terre. En dehors de moi il n’y a que néant.

Je forme la lumière et je crée les ténèbres. Je réalise la paix et je crée le malheur (pour tous ceux qui font le mal) moi, l’Eternel, je fais toutes ces choses.

Que les cieux distillent d’en haut, et que les nuées laissent couler la justice. Que la terre s’ouvre pour que, tout ensemble, le salut y fructifie, et que la justice germe. Moi l’Eternel, j’en suis le créateur.

Revenez à moi de tout votre cœur, revenez à l’Eternel, votre Dieu, car il fait grâce, il est compatissant, lent à la colère, et riche en bienveillance.


SAUL JUDOEUS

Facebook

VISITEURS

287878

VISITEURS EN LIGNE

287878

SONDAGE


Comment avez-vous trouvé ce livre ?









RESULTATS DU SONDAGE


Nombre de votants: 376

Excellent: 167 (44%)
Très bien: 65 (17%)
Bien: 93 (25%)
Médiocre: 33 (9%)
Peu intér.: 18 (5%)