Apprenons à connaître l’Eternel
Page 77 sur 188

La bataille de Kuruksetra se déroula en accord avec les principes de l'art militaire, mais en même temps dans un esprit chevaleresque, comme lorsque deux amis luttent ensemble. Au cours de la bataille, Duryodhana en vint à critiquer Bhismadeva, qu'il accusait d'hésiter à tuer Arjuna, éprouvant à son égard une affection toute paternelle. Or, un guerrier ne saurait tolérer d'insultes touchant sa rigueur au combat; Bhismadeva fit donc la promesse que le jour suivant, il mettrait à mort les cinq Pandavas au moyen de flèches spécialement préparées à cet effet. Duryodhana, satisfait, prit avec lui les flèches, désirant en assurer la garde jusqu'au jour suivant, mais Arjuna, par un artifice, réussit à s'en emparer. Bhismadeva comprenant alors que c'était là l'œuvre de Sri Krishna, fit vœu que le jour suivant, Sri Krishna devrait Lui-même prendre les armes, faute de quoi son ami Arjuna périrait. Le moment venu, Bhismadeva combattit avec tant de vaillance qu'Arjuna et Krishna se trouvèrent tous deux en difficulté, au point qu'Arjuna, pratiquement vaincu, se voyait déjà tué par Bhismadeva : un instant de plus, et c'en était fini. Alors Sri Krishna, qui voulait plaire à son dévot Bhisma en lui permettant de remplir sa promesse (laquelle avait plus d'importance à ses yeux que la sienne propre), manqua, du moins en apparence, à sa parole. Krishna avait en effet promis avant la bataille de rester désarmé tout le long du combat et de n'utiliser sa force en faveur d'aucun parti; mais pour protéger Arjuna, Il descendit du char de ce dernier, en saisit une des roues, et animé d'une grande colère, se rua vivement sur Bhismadeva, tel un lion qui attaque un éléphant pour le tuer. Dans sa course, Il perdit son vêtement de dessus, et telle était sa colère qu'Il n'en eut pas même conscience. Bhismadeva aussitôt abandonna ses armes et se tint simplement là, prêt à être tué par Krishna, son Seigneur bien-aimé. Or, à cet instant précis, le temps alloué au combat pour ce jour prit fin, et tout s'arrêta; c'est ainsi qu'Arjuna fut sauvé. Bien entendu, il n'était nullement possible qu'Arjuna périsse, puisque le Seigneur en personne se trouvait sur son char; mais pour répondre au désir de Bhismadeva, lequel voulait voir Sri Krishna prendre les armes pour sauver son ami, le Seigneur créa une situation où la mort d'Arjuna apparut imminente. Ainsi, désireux d'exaucer le vœu de Bhismadeva, Il se dressa devant lui, une roue de char à la main.

Les rapports entre Sri Krishna et Bhismadeva sur le champ de bataille de Kuruksetra présentent un intérêt particulier, car il semble que le Seigneur s'y soit montré hostile envers lui au profit d'Arjuna; or, le but final d'une telle attitude était d'apporter à Bhismadeva, grand dévot du Seigneur, la bénédiction d'une faveur toute particulière. Ce qui frappe dans ces échanges, c'est qu'un sage puisse satisfaire le Seigneur en jouant le rôle de son ennemi. C'est que le Seigneur, parce qu'absolu, se trouve en mesure d'accepter le service de son pur dévot même lorsque celui-ci doit jouer un tel rôle. Le Seigneur Suprême ne peut vraiment avoir d'ennemi, ni être blessé d'aucune manière, car Il est invincible; cependant, il éprouve une grande joie à voir son pur dévot combattre contre Lui comme s'il était son ennemi, ou le réprimander comme s'il était son supérieur, bien que là encore, nul ne puisse être supérieur au Seigneur. Tels sont quelques-uns des échanges sublimes que partagent le Seigneur et ses

Facebook

VISITEURS

2160229

VISITEURS EN LIGNE

2160229





Visiteurs par pays