Paroles de sagesse, la sagesse de Dieu
Page 75 sur 527

Logos 3

Aller au tableau des logos


Puisque personne ne peut retracer les origines de l'enlisement de l'être dans l'énergie matérielle, le Seigneur dit qu'il est sans commencement. C'est-à-dire que l'existence conditionnée précède la Création ; elle se manifeste simplement durant et après la Création.

Oublieux de sa nature spirituelle, l'être vivant subit toutes sortes de souffrances au sein de la matière. Comprenons qu'il existe aussi des êtres qui, libres de tout enchaînement matériel, peuplent le monde spirituel. Ces âmes libérées s'engagent toujours dans la conscience de Krishna, dans le service d'amour et de dévotion qu'ils offrent à Dieu. Les âmes conditionnées par la nature matérielle se livrent à des activités qui leur valent de revêtir diverses sortes de corps au fil de leurs vies successives. Dans l'univers matériel, ces âmes ont ainsi droit à divers châtiments et récompenses. Leurs actions méritoires peuvent les élever jusqu'aux planètes supérieures, où elles peuvent joindre les rangs des nombreux êtres célestes ; leurs actes répréhensibles peuvent au contraire les précipiter vers différentes planètes infernales pour y souffrir davantage les tourments de la vie matérielle.

Maya, l'énergie d'illusion de Dieu, est à l'origine de l'oubli de notre relation avec Krishna, Dieu. En fait, maya signifie « ce qui n'est pas », ce qui n'a pas d'existence. Il est donc faux de croire que l'être vivant n'a aucun lien avec le Seigneur Suprême. Il peut ne pas croire en l'existence de Dieu, ou penser que rien ne les relie, mais il s'agit là d'autant d'illusions, ou maya. En proie à cette fausse conception de la vie, l'être humain se morfond de peurs et d'angoisses sans fin. Autrement dit, toute conception de vie sans Dieu relève de maya. Voilà pourquoi nous devons nous abandonner à Dieu avec une grande dévotion et reconnaître qu'Il est le but ultime de l'existence. Dès que l'être oublie la nature fondamentale de sa relation avec Dieu, il succombe à l'énergie matérielle, d'où son faux ego, son identification au corps, qu'il prend pour le soi. Sa conception entière de l'univers matériel naît de cette fausse conception du corps. S'attachant à ce dernier, il s'attache également à tout ce qu'il peut produire.

Pour échapper à cet esclavage, il n'a qu'à accomplir son devoir en s'en remettant au Seigneur Suprême avec intelligence, dévotion et une sincère conscience de Krishna.

Facebook

Visiteurs

1578326

Visiteurs en Ligne

1578326





Visiteurs par pays