Paroles de sagesse, la sagesse de Dieu
Page 120 sur 527

Logos 77

Aller au tableau des logos


Le Seigneur dit : « User d'un langage vrai dirigé vers le bien de tous, mais encore éviter les mots blessants, ainsi que réciter assidûment les écritures, telles sont les austérités du verbe. Sérénité, simplicité, gravité, maîtrise de soi et pureté de la pensée, telles sont les austérités du mental. Pratiquée avec foi par des hommes dont le but n'est pas d'obtenir pour eux-mêmes quelque bienfait matériel, mais de satisfaire le Suprême, la triple union de ces austérités procède de la Vertu. Quant aux pénitences ostentatoires, qui recherchent le respect, l'honneur et la vénération des hommes, on les dit appartenir à la Passion. Elles ne sont qu'instables et éphémères. Enfin, les pénitences et austérités accomplies par sottise, et faites de tortures obstinées, ou subies en vue de blesser, de détruire, on les dit issues de l'ignorance. La charité que dicte le devoir, faite sans rien attendre en retour, en de justes conditions de temps et de lieu, et à qui en est digne, cette charité, on la dit s'accomplir sous le signe de la Vertu. Mais la charité qu'inspire l'espoir de récompense, ou le désir d'un fruit matériel, ou encore faite à contre cœur, celle-là est dite appartenir à la Passion. Enfin, la charité qui n'est faite ni en temps ni en lieu convenables, ni a des gens qui en sont dignes, ou qui s'exerce de façon irrespectueuse et méprisante, on la dit relever de l'Ignorance ».


Logos 78

Aller au tableau des logos


La loi du plus fort, par laquelle chaque homme en ce monde doit lutter pour assurer sa subsistance, résulte du manque d'harmonie entre les âmes incarnées et conditionnées par la matière, chacune désireuse de dominer les énergies matérielles.

C'est d'ailleurs cette mentalité qui est à l'origine de leur état conditionné. Et pour que s'exercent librement les tendances imitatives de ces faux seigneurs, l'énergie illusoire de Dieu, nommée maya ou Satan, a semé la dissension parmi les êtres conditionnés en créant pour chaque espèce vivante des forts et des faibles. Bref, le sentiment de dominer la nature matérielle, ainsi que la création d'êtres forts et d'êtres faibles, ont naturellement entraîné la disparité, d'où la nécessité de lutter pour survivre.

Dans le monde spirituel cependant, aucune dissension, point de lutte pour l'existence, car là chacun vit éternellement et point de disparité non plus. Chacun s'attache au service du Seigneur Suprême, libre de tout désir d'imiter le Seigneur en devenant le bénéficiaire de toute chose. Créateur de tout ce qui est, y compris des êtres vivants, le Seigneur est le vrai maître et bénéficiaire de toutes choses. Par contre dans l'univers matériel, l'être distinct, sous le charme de māyā, de l'illusion, ou Satan, perd le sens de sa relation éternelle avec le Seigneur Suprême, et devient sujet au conditionnement de la loi du plus fort et de la lutte pour l'existence.

Facebook

Visiteurs

1574649

Visiteurs en Ligne

1574649





Visiteurs par pays