Paroles de sagesse, la sagesse de Dieu
Page 382 sur 527

Concernant les véritables principes religieux, le Seigneur dit :

Une foi ferme dans les récits de Mes divertissements, chanter constamment Mes gloires, s'attacher de manière inébranlable au culte cérémonial à Ma Personne, Me louer à travers de beaux hymnes, avoir un grand respect pour Mon service de dévotion, M'offrir des obéissances avec tout le corps, accomplir un culte de première classe de la part de Mes fidèles dévots, la conscience de Ma Personne réalisée par toutes les entités vivantes, l'offre d'activités corporelles ordinaires dans Mon service de dévotion, l'utilisation de mots pour décrire Mes qualités, M'offrir son être, le rejet de tous les désirs matériels, abandonner la richesse pour Mon service de dévotion, renoncer à la gratification matérielle et au bonheur, et effectuer toutes les activités souhaitables telles que la charité, le sacrifice, le chant, les vœux et les austérités dans le but de M'atteindre, ce sont de véritables principes religieux grâce auxquels les êtres humains qui se sont effectivement rendus à Moi, se développent automatiquement par amour pour Moi.

Quel autre but ou objectif pourrait rester pour Mon dévot ?

Lorsque la conscience est fixée sur le corps matériel, la maison et d'autres objets similaires de satisfaction sensorielle, on passe sa vie à courir après les objets matériels à l'aide des sens. La conscience, ainsi puissamment affectée par la passion, se consacre aux choses impermanentes, et de cette manière l'irréligion, l'ignorance, l'attachement et la misère surviennent.

Lorsque sa conscience paisible, renforcée par la vertu, est fixée sur la Personne Suprême, on atteint la spiritualité, la connaissance, le détachement et l'opulence.


Logos 410

Aller au tableau des logos


Personne ne peut passer outre la volonté de Dieu, la Personne Suprême.

Personne ne peut passer outre la volonté de Dieu, la Personne Suprême, que ce soit par la force de rudes austérités, une grande érudition dans le domaine des Védas (les saintes écritures originelles), les pouvoirs surnaturels des yogis, la puissance physique ou intellectuelle.

Personne ne peut non plus avoir recours aux pouvoirs que lui confère la pratique de la religion, à son opulence matérielle ou à tout autre moyen, que ce soit par lui-même ou avec l'aide d'autrui, pour défier les ordres du Seigneur Souverain. Depuis Brahma, le démiurge et premier être créé jusqu'à la fourmi, aucun être vivant n'en à le pouvoir, car tout se trouve sous la domination de Dieu.

En vérité, un être spirituel ayant revêtu un corps matériel humain ou animal, ne peut pas échapper à la juridiction de la Personne Souveraine.

Facebook

Visiteurs

1580846

Visiteurs en Ligne

1580846





Visiteurs par pays